lundi 16 février 2009

Création de l'Association Robert Boulin-Pour la Vérité

Communiqué de presse de l’Association: Robert Boulin-Pour la Vérité.

Cette Association tient à vous faire part de sa création qui vient d’être publiée dans le journal officiel
ASSOCIATION ROBERT BOULIN - POUR LA VERITE

Député de la Gironde depuis 1958, maire de Libourne depuis 1959, ministre pendant 15 ans sous trois présidents successifs (Charles de Gaulle, Georges Pompidou, Valéry Giscard d’Estaing), Robert Boulin est ministre du Travail et de la Participation et pressenti comme futur premier Ministre, au moment de sa mort survenue dans la nuit du 29 au 30 octobre 1979.

Près de 30 ans après les faits, la justice n’a toujours pas encore établi qui a tué Robert Boulin, ni comment.

Cette association Loi de 1901, déposée à la Préfecture de Police de Paris, a pour objet d’apporter son soutien au combat de Fabienne Boulin -Burgeat, pour établir la vérité sur les circonstances de la mort de son père, Robert BOULIN, dont il est aujourd’hui démontré qu’il ne s’est pas suicidé.
L’association milite en faveur d’un réexamen du dossier par un magistrat instructeur afin de faire, enfin, toute la lumière sur cette affaire.

Trop de questions restent en suspens, auxquelles la justice française ne peut opposer une simple fin de non recevoir.

Par exemple:
Sur l’heure de la découverte du corps: Entre autres personnes:
L’ancien Premier ministre Raymond Barre, déclare dans son livre « L’expérience du Pouvoir » (Fayard, 2007) avoir été prévenu vers trois heures du matin « que l’on a retrouvé le corps de Boulin dans un étang de la forêt de Rambouillet » et précise qu’on lui indiqua alors que le ministre s’est donné la mort en se noyant après avoir avalé des barbituriques.
(Petit rappel: aucun barbiturique ne sera retrouvé sur le corps de Robert Boulin)

Yann Gaillard, directeur de cabinet de Robert Boulin, aujourd’hui sénateur , raconte dans son livre « Adieu Colbert » (Bourgois 2000) qu’il est convoqué à Matignon vers 2H du matin et qu‘on lui confie: « On a retrouvé le corps de Robert Boulin». Cet épisode se passe plus de 6 heures avant la « découverte » officielle du cadavre par les gendarmes.
L'ancien Ministre de l'Intérieur, Christian Bonnet, dit avoir appris à 2H du matin que l'on avait retrouvé le corps de Robert Boulin.

Pourquoi ,alors qu’elles savent, depuis au moins une heure du matin, que Robert Boulin est mort, les autorités ordonnent elles, seulement à 6h25 à la police et à la gendarmerie de « rechercher une haute personnalité susceptible d’attenter à sa vie » , dont le corps ne sera découvert qu’à 8h40 par les motards de la gendarmerie?
Ces faits prouvent que s’il s’était agi d’un suicide , comme a voulu le faire croire la thèse officielle, il n’était nullement nécessaire d’envoyer cet avis de recherche. Il aurait été plus normal d’informer immédiatement la famille et la presse .
Que s’est-il donc passé pendant cette longue nuit du 29 octobre 1979?
Aurait-on essayé de maquiller ce crime en suicide?


Ces trois hautes personnalités ont toutes confirmé leur témoignage à Benoît Collombat, comme il le rapporte dans son livre: « Un Homme A Abattre »,( Fayard 2007)

Pourquoi ces témoins n’ont ils pas été tous interrogés? Qu’est-ce que tout cela veut dire?

Où sont passés les organes de Robert Boulin?
Les bocaux où ces organes étaient censés avoir été placés, sont restés introuvables au cimetière de Thiais , où la justice prétendait les avoir fait conserver.

Pourquoi avoir changé l’heure et le jour de la mort de Robert Boulin sur le registre d’état civil de la mairie de Saint Léger en Yvelines?

Que sont devenus les dossiers, mystérieusement disparus, que Robert Boulin avait sortis du coffre de son ministère avant de partir seul en voiture pour rejoindre son dernier rendez-vous?

Avant sa mort, Robert Boulin a été battu, torturé.
Les photos prises par les gendarmes ayant découvert son corps l’attestent sans équivoque (hématomes et tuméfactions au visage et blessure au poignet). Ces blessures ne sont pas analysées lors de la première autopsie mais sont camouflées par des soins de présentation du visage et l’embaumement du corps, opérations illégales car effectuées sans l’autorisation de la famille.
Les médecins légistes de la deuxième autopsie, demandée par la famille, confirment que Robert Boulin a subi des « coups appuyés de son vivant » et ils mettent en évidence deux fractures importantes au visage, passées sous silence lors de la première autopsie.
Mensonges, faux témoignages, faux en écriture empêchent toujours aujourd’hui de connaître la vérité des faits. Nous demandons une enquête transparente.
Malgré les éléments nouveaux apportés notamment par les propos de Raymond Barre, Christian, Bonnet et Yann Gaillard, sur l’heure de la découverte du corps de Robert Boulin, la justice n’a toujours pas désigné un nouveau juge d‘instruction, …comme elle peut et doit le faire!

L'affaire Boulin reste d'actualité et nous concerne tous.
L’association Robert Boulin - Pour la Vérité appelle tous ceux qui veulent soutenir le combat de Fabienne Boulin Burgeat à se joindre à elle, pour que toute la vérité soit faite.



Vous souhaitez nous aider, apporter votre témoignage ou envoyer vos dons :
"Association Robert Boulin - Pour la Vérité " (Association loi 1901)
17, rue Meslay 75003 Paris
Contacts : Fabienne Boulin Burgeat:01 42 74 08 70
Maître Olivier Morice: 01 53 85 41 41
e-mail: fabienne.boulin@gmail.com